Projet

Projet d'établissement

NOTRE PROJET EDUCATIF

Former et éduquer
Reconnaître chaque élève en tant que personne,
le valoriser pour qu’il puisse se mettre en démarche de progrès.

Agir ensemble
Donner à chaque élève les moyens de s’approprier des connaissances et des savoir-faire.
Cultiver la qualité des relations et favoriser la cohérence Famille/Ecole.

Donner du sens
Tout en respectant la conviction de chacun, créer un climat favorable à la découverte de l’Evangile et permettre à ceux qui le souhaitent, un cheminement approfondi.

Ouvrir
Préparer tous les élèves à être des citoyens créatifs, solidaires, ouverts aux autres et respectueux de l’environnement.

 

SAINT PAUL souhaite poursuivre sa mission autour de deux axes simples: la réussite humaine et scolaire et un suivi plus personnalisé.

Dans un monde en pleine mutation, l'Ecole doit réaffirmer son autorité et sa mission d’Enseignement Catholique :

  • Respecter l’institution et le règlement intérieur qui garantit de bonnes conditions de travail.
  • Assurer à chaque élève les apprentissages fondamentaux par rapport à un programme fixé.
  • Tirer le meilleur parti de chaque élève.
  • Vivre l’Evangile.

Cette année l’établissement compte :

  • 455 élèves à l’Ecole
  • 731élèves au Collège
  • 355 élèves au Lycée
Bref historique : des années d'évolution ...et des valeurs intactes

130 années de suivi éducatif et pédagogique pour un parcours de réussite au service des jeunes !

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est dans le passé du Lycée de garçons de Roanne qu’il faut puiser les origines de l’Institution St Joseph, devenue successivement Saint Paul puis Centre scolaire Charité-St Paul.
     Le Lycée occupe en effet le site d’un ancien collège de Jésuites, expulsés de Roanne en 1762 et remplacés l’année suivante par des prêtres de l’ordre de St Joseph, jusqu’à la fermeture sous le gouvernement révolutionnaire. Rouvert et laïcisé, le Collège devient l’Ecole Centrale (1796-1803) puis l’Ecole Secondaire (1803-1810). A la fin de l’Empire, les prêtres de St Joseph sont rappelés. Ils administrent le Collège d’Université pendant 40 ans. La loi Falloux (1850) permet au clergé local de reprendre le collège jésuite qui devient alors diocésain. La chute de Napoléon donne lieu à des attaques de la ville. L’autorité ecclésiastique gagne un procès difficile contre la municipalité de l’époque.
Le collège traverse alors une longue période de vicissitudes qui se poursuivront jusqu’à la 1ère guerre franco-allemande.
L’évêché possédait tous les moyens spirituels et humains d’une reprise qui n’aboutit pas en raison des nouvelles lois anti congréganistes. Le collège devient alors Lycée d’Etat.

La nécessité se fait jour de créer un second établissement secondaire, diocésain celui-ci, n’existant à l’époque que le Pensionnat de jeunes filles de L’Immaculée Conception, rue de la Charité, tenu par les religieuses St-Charles. Malgré les difficultés rencontrées, la Providence permettra enfin la création du " Petit Collège " premier nom de l’établissement.
L’acte de naissance du collège remonte exactement au 27 avril 1901. Ce jour Mr Vachia, ancien entrepreneur de travaux publics, vend l’immeuble du 10 rue de la Livatte à Mr l’Abbé Louis-Jean Déchelette, vicaire général à l’archevêché de Lyon. L’administration diocésaine nomme le premier supérieur au début de juin 1901 : l’Abbé François Badolle, roannais d’origine et depuis six ans directeur spirituel du petit séminaire de Verrières sur Montbrison. Le 1er octobre 1901, le Petit Collège ouvre ses portes à 23 élèves répartis en 4 classes (de la 9e à la 6eme) sous la responsabilité de quatre prêtres. Deux religieuses de la Congrégation St Charles de Lyon et une femme de ménage complètent cet encadrement dont la moyenne d’âge de 35 ans lui permet d’être plus près des enfants qui lui sont confiés, comme à une seconde famille. Le noyau est formé. L’effectif ne cessera d’augmenter grâce à l’excellente réputation de l’établissement...
Les bâtiments évoluent eux aussi: construction de la chapelle juste après la première guerre mondiale.

Le bâtiment Tarchier (aile nord) voit le jour au début des années 30 et la chapelle est refaite en 1944.
Il faut attendre les années 1960 pour voir des changements importants: acquisition de terrains pour de nouvelles constructions. Les travaux effectués permettent de faire les premières découvertes importantes de gisements archéologiques de Rodumna, dont l’Abbé Bessou donna l’impulsion initiale.
     De nombreux directeurs se sont succédé au cours de toutes ces années, mais un nom reste désormais associé à l’établissement : le Père Aucagne, arrivé en 1947 comme professeur de rhétorique, devint le directeur des études en 1953 et consacra 34 années de sa vie au service d’une maison dont il était véritablement l’âme.
1967 : Voici enfin l’heure de la mixité! Fusion du second cycle St-Joseph et Charité puis le collège Bourgneuf (ex établissement technique dirigé de 1911 à 1931 par les frères des écoles chrétiennes de la communauté éducative lasalliènne de Saint Jean Baptiste de la Salle et de 1931 à 1961 par les Pères salésiens, de la communauté éducative de Don Bosco) vient rejoindre le groupe avec son primaire : Saint-Paul est né. Les travaux continuent : aile sud, self, bâtiment Gilbertès, réhabilitation de Bourgneuf et installation du lycée en septembre 1989. A la rentrée de 1990, la mixité s’achève en primaire pour St-Paul et La Charité. Elle commence en collège et les deux institutions songent à une association plus étroite pour pouvoir envisager l’avenir avec confiance.

C’est chose faite entre 1996 et 1999 avec la fusion définitive des deux établissements et le regroupement dans les locaux de Saint Paul : le Centre scolaire Charité-St-Paul fonctionne.
En janvier 2005, le Conseil .administration décide que l’Etablissement s’appelle Ecole Saint Paul.

     En 2006, un rapprochement de l’Ecole maternelle des Aqueducs avec Saint Paul est évoqué. Il faudra attendre 2008 pour que la fusion se fasse, l’Ecole des Aqueducs étant associée par contrat à Saint Paul par le regroupement des organismes de gestion. Cette fusion ne faisant que renforcer l’identité du Groupe Scolaire Saint Paul.

     Rentrée 2014 : un grand pas dans la modernisation est franchi. Le lycée dispose désormais d'un espace totalement rénové : nouvelle entrée, rue Bourgneuf ; espaces extérieurs conviviaux permettant aux élèves de se retrouver ou de s'isoler pour travailler ; restauration adaptée aux lycéens ; centre de connaissances et de culture ouvert sur l'espace commun, accessible et performant ; nouveau serveur informatique avec une liaison par fibre optique. L'école n'est pas en reste puisqu'un nouveau bâtiment a permis l'installation des classes maternelles sur le site Gilbertès.

Plus qu’une simple présentation un peu statique, nous espérons que cet historique vous donne une image fidèle et juste  de notre établissement et de son dynamisme.